Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 septembre 2011 3 28 /09 /septembre /2011 20:50

J'avais placé la barre assez haut en annonçant 3h46 sur ce marathon. Sur cette base-là, soyons clairs, j'ai échoué. Par contre, quand on reprend en compte le contexte et surtout l'investissement (en heures d'entrainement), je dois avouer que je suis très heureux d'avoir franchi la ligne d'arrivée en 3h57'08.

Alors, avant de raconter plus en détails cette aventure, passons une fois sur toutes sur toutes les raisons qui me portent à croire que mon résultat est finalement plus qu'appréciable:

  1. Suite à mon ironman (et prenant en compte 3 semaines de vacances SANS sport), je dois dire que je ne me suis pas du tout assez entrainé, considérant ce marathon comme une "petite" épreuve que je pourrais courir sans problème sur mes acquis. J'ai essayé de placer 3 séances par semaine mais on était finalement loin du compte;
  2. Je n'ai pas réalisé de séances longues d'entrainement. Avec une séance longue de 19 kms, je n'avais vraiment pas suffisamment travaillé l'endurance. Et donc, bien que je ne préconise pas de longues sorties d'habitude, je dois bien reconnaitre que sur ce coup-ci, je n'aurais pas craché sur 3-4 séances à 25-30 kms...
  3. Je n'ai pas réalisé 1 seul entrainement sur les 7 derniers jours, étant pris à 100% par mon boulot... Oui, pas bon non plus...
  4. Nous avons déconné ferme la veille de la course. Plutôt que de se reposer, nous avons finalement passé pas mal de temps dans les rues de Berlin à repérer le parcours et à trainer ici et là. Pas malin.
  5. Suite à ma semaine de boulot à l'étranger, j'étais déjà fatigué (n'ayant déjà pas très bien dormi). Et bien , on a remis une couche à Berlin car dans notre chambre de 4, Bruno s'est fait un plaisir de nous tenir éveillé grâce à des ronflements dont seul lui a le secret
  6. Evidemment, une semaine de boulot à l'étranger avant la course implique une semaine de resto. Pas besoin de faire le détails sur l'alimentation qui n'était pas vraiment en phase avec un marathon.
  7. Finalement (car oui les circonstances négatives de l'événement ont également une fin), nous étions à 4 et le matin, afin de ne pas se perdre trop rapidement, nous nous sommes mis plusieurs rendez-vous qui nous ont fait cumulé les kms. (et non, je ne parlerai pas du temps d'attente interminable pour pouvoir rentrer dans l'enceinte du start...)
  8. Ah non, j'avais oublié: au fur et à mesure des kms, il fait de plus en plus chaud. je n'ai aucune idée de la température en fin de parcours mais je sais que c'est probablement trop pour moi!

Donc, me voila au départ de ce marathon. Je vise les 3h45 et j'ai 2 moyens pour y arriver

  1. Je divise le parcours en 10 kms à parcourir de manière dégressive (52' + 53' + 54' + 55' + 11' pour les 2 derniers kms)
  2. Je suis le ballon 3h45 qui, je l'imagine courra de manière constante aux alentours de 53'30 aux 10

Ayant peur de partir sur un mauvais rythme, je me faufile dans le sas de départ pour rejoindre le ballon vert foncé des 3h45 et dès la ligne de départ passée, je me cale dans les baskets du meneur d'allure. Ce choix est, selon moi, le choix idéal car je pars sur des bases solides sans me mettre dans le rouge, alors que j'aurais pu être porté par l'ambiance ou grisé par l'événement et partir sur des bases totalement irréalistes.

Après 2 petits kms, je me rends compte que je suis extrêmement bien, je suis facilement et mes pulsations restent calées aux alentours de 150-155. Je me dis donc que je peux me laisser porter par un peu d'enthousiasme, et qu'en cas de "défaillance", je n'aurai qu'à m'accrocher au ballon vert pour terminer en 3h45.

  • Résultat des premiers 5 kms: je passe en 26'24 (5'17/km).

Les 15 kms qui suivent se passent comme dans un rêve. les pulsations se sont légérement élevées mais le rythme est très bon. Je dépasse pas mal de concurrent et me sens invinscible. 

  • Au 10e: je passe en 51'57 (5 derniers kms en 25'33 - 5'07/km)
  • Au 15e: je passe en 1h17'32 (5 derniers kms en 25'38 - 5'07/km)
  • Au 20e: je passe en 1h43'25 (5 derniers kms en 25'53 - 5'11/km)

La régularité est bien au rendez-vous et je m'alimente sans aucun souci...

  • Au semi, tout est encore possible car en extrapolant, j'arriverais à 3h38...

Cependant, à partir du 22e, j'ai un dilemme qui s'offre à moi. En effet, tout à coup, mes pulsations se sont élevées pour atteindre la barre des 170 puls. Je peux donc

  • tenter le tout pour le tout et garder le même rythme, quitte à exploser en vue de l'arrivée
  • réduire la vitesse pour assurer une arrivée sans souci

Ayant passé mes 2 ironmans à gérer les "forces", je me dis que je vais tenter d'aller au bout avec un coeur plus haut que ce qu'il ne devrait.

  • Au 25e: je passe en 2h09'46 (5 derniers kms en 26'21 - 5'17/km)
  • Au 30e: je passe en 2h37'33 (5 derniers kms en 27'47 - 5'34/km)

Je sens forcément que l'allure se réduit considérablement. Je reste en ligne avec ma tactique du début. Cependant, les gens que j'avais dépassé en début de parcours passent maintenant devant moi sans que je puisse vraiment réagir. Je me dis qu'iil ne me reste qu'un bon 10 kms et que je n'ai qu'à tenir. Je devrais tenir les 5'30 au kil mais la seule chose qui m'intéresse à ce moment, c'est de rejoindre un ravito pour prendre de l'eau et en complément 1 fois sur 2, de l'iso...

  • Au 35e: je passe en 3h06'41 (5 derniers kms en 29'08 - 5'50/km)

Et là, ça commence à devenir très compliqué. J'ai bien mal aux jambes et malgré des pulsations passées maintenant à 175, je n'avance quasi plus. A ce moment-là, je réduis (en fait je suis obligé de réduire) l'allure pour revenir à un rythme cardiaque plus approprié et je me dis qu'un peu de marche à intervalle régulier ne peut pas être totalement néfaste... Et j'oubliais, au km 35, je vois passer mon ballon vert 3h45. Inutile de dire que je ne me vois pas une seule seconde le suivre.

  • Au 40e: je passe en 3h41'37 (5 derniers kms en 34'56 - 7'00/km)

J'imaginais 2 derniers kms portés par la foule avalés en quelques minutes mais c'est l'effet inverse qui se produit, je suis collé à la route et je n'aspire qu'à une chose: passer la ligne, boire un énorme coca et me coucher quelque part à l'ombre... Mon allure ne décolle donc pas. je m'assure juste de passer la ligne en dessous de la barre des 4h00.

  • Sur la ligne d'arrivée: je passe en 3h57'08 (2,195 derniers kms en 15'31 - 7'05/km)

Et alors, ma conclusion?

Et bien, comme dit plus haut,

  1. je suis très satisfait de ma performance;
  2. Je change un peu mon fusil d'épaule et suis maintenant persuadé que de longues séances d'entainement ne peuvent pas être néfastes
  3. un marathon ne s'improvise pas!
Partager cet article
Repost0

commentaires

W
merci pour tout ,<br /> donc maintenant je parts à la chasse à l’hôtel ....
Répondre
W
bonjour ,<br /> en vu du marathon de berlin 2013 , je vous contacte pour avoir qques renseignements sur la ville , les déplacement et surtout arrivé avec rayan air , comment se diriger vers la ville ( navette ,<br /> taxi )<br /> et toutes ces petites choses qui font passer un bon ou mauvais marathon ...<br /> merci de votre collaboration
Répondre
O
<br /> <br /> Salut Woodrunner.<br /> <br /> <br /> Pour être honnête avec toi, je ne me souviens plus extrêmement bien de la partie logistique de ce voyage. Néanmoins, voici quelques réponses à tes questions:<br /> <br /> <br /> Ryanair, ça reste Ryanair. Pour moi, ça reste moins cher que les autres compagnies aériennes => Pas de soucis!<br /> <br /> Pour rejoindre l'hotel, on avit pris un taxi car on était arrivé tard le soir.<br /> <br /> Je ne me souviens plus de l'hotel mais LA chose à faire est de réserver un hotel à côté d'une station de métro! car c'est selon moi le meilleur moyen de se déplacer, surtout avant et après la<br /> course!<br /> <br /> Le matin de la course, il y a forcément un monde de fou qui se rend au départ. Pars bien à temps car ça prend pas mal de temps de se rendre sur la ligne de départ (plus d'1 heure si je me<br /> souviens bien).<br /> <br /> Aller chercher les dossards, repérer la ligne de départ et la ligne d'arrivée, "sentir" la ville, c'est très chouette mais ça demande aussi pas mal d'énergie et au bout de la journée, on se<br /> rend compte que finalement, on a marché beaucoup! => Conseil: limite-toi au minimum (dossard) la veille et pars suffisamment à temps le jour de la course pour arriver "détendu" et "frais"<br /> sur la ligne de départ.<br /> <br /> <br /> <br />  J'espère que ces quelques éléments pourront t'aider dans ta préparation!<br /> <br /> <br /> <br />
N
oulala le CR de ton marathon me fait peur....je me demande si je vais pas completement me planter dans 24jours....
Répondre
G
<br /> Félicitations,<br /> <br /> Pas de soucis de digestion???<br /> <br /> <br />
Répondre
O
<br /> <br /> Merci!<br /> <br /> <br /> Pas de soucis de digestion car:<br /> <br /> <br /> 1) On a moins de 4h et j'ai rarement (jamais) connu de problèmes sur une aussi courte durée<br /> <br /> <br /> 2) Je n'ai pris qu'un gel aux alentours du 25e. Pour le reste, beaucoup d'eau, de l'iso après 1h et quelques bananes. (2 bouchées à la fois) <br /> <br /> <br /> Faudra en tout cas que j'essaye le Recuperat-ion conseillé par le nutritioniste que j'ai été voir. <br /> <br /> <br /> Olivier<br /> <br /> <br /> <br />

Présentation

  • : Blog triathlon de Bello
  • : Compte rendu de triathlons et d'épreuves d'endurance
  • Contact

VELUX Logo

Unicef 2

logo-o2-max-125px

Archives